HISTOIRE DE LA FRANC-MACONNERIE EN GUINEE

Sur notre continent, particulièrement en Afrique de l’Ouest ; la Franc-Maçonnerie est apparue au début du XIXè siècle au Libéria. Le premier Atelier, « l’Oriental Lodge » donna naissance à deux autres Loges, la « Loge de Saint-Paul » et la « Loge de Saint-Jean ».
Le Frère Amos, ex-esclave en Pennsylvanie, fut le premier Grand Maître en 1870 et le Frère Roberts, ex-Président de la République, lui succéda. En 1867 se constituait une Grande Loge du Libéria, qui en 1931, comptait dix Ateliers et cinq cents Initiés. En Sierra-Léone et en Gambie, La Grande Loge Unie d’Angleterre fonda sept Ateliers sous l’autorité d’une Grande Loge de District. Le premier Atelier, « Freetown n° 1955 » fut fondé en 1882.

Au Sénégal, la Franc-Maçonnerie est apparue en 1781 ; date à laquelle le sieur Jacques Charles Chorier reçut de la Grande Loge de France une lettre de constitution pour la Respectable Loge «Saint Jacques de la Vertu » qui à l’origine s’appelait « Saint-Jacques des Vrais Amis Réunis ».

En Guinée, les Francs-Maçons furent assez nombreux dans l’administration coloniale. Après la seconde guerre mondiale, ils militèrent, pour la plupart, pour l’indépendance des territoires africains d’outre-mer, et de plus en plus d’Africains rejoignirent les Loges.

Après 1960, l’année des indépendances, la Franc-Maçonnerie continua à essaimer, en s’africanisant et en s’émancipant par rapport aux Obédiences européennes. Dans plusieurs pays africains francophones, des Obédiences nationales se créèrent.

En 1968, la Grande Loge Nationale Française entreprit de faire renaître après une éclipse de 91 ans, la Maçonnerie Régulière au Sénégal, créant la première Loge Régulière d’Afrique noire francophone, sous le nom distinctif de « Kumen 133 » à Dakar.

En 1972, la Grande Loge Nationale Française créa le District d’Afrique Noire,
Puis en 1981 à sa division en trois Districts autonomes : ceux du Bénin (regroupant le Togo et le Bénin), de Côte d’Ivoire et enfin du Sénégal.

Le District du Sénégal, étendit à son tour cette Maçonnerie de Tradition au Congo, au Burkina-Faso, à la Guinée en 1988, à la République Centrafricaine et au Niger.

La Grande Loge Nationale Française consacra la Grande Loge du Sénégal en janvier 1993.

Celle-ci, en présence de la Grande Loge Nationale Française et de nombreuses autres Grandes Loges régulières, consacra à son tour le 18 Avril 1998 la Grande Loge Nationale Guinéenne.

C’est ce jour, lors d’une cérémonie solennelle tenue à Conakry, que la Grande Loge Nationale Guinéenne fut admise dans le concert des Puissances Maçonniques Régulières, rejoignant ainsi plus de huit millions de Maçons Réguliers répartis sur les cinq continents.

Pour être exhaustif, rappelons cependant qu’en Guinée, le Grand Orient de France avait accordé le 5.02.1907 une patente à une Loge « Les Pionniers du Niger » mise en sommeil en 1913. Le 5.10.1916, la Grande Loge de France avait créé « L’Etoile de Guinée » qui vécut jusqu’en 1939. En 1957, le Grand Orient avait constitué une autre Loge, « Les Amis Réunis » dont les travaux furent suspendus durant le régime révolutionnaire au début des années 1960. Nombreux furent les hommes de valeur qui y appartinrent.